Lettre à Code Name

Chantenay-Villedieu, le 30 décembre 2020

Monsieur le Directeur des jeux Iello,

Je ne vous souhaite pas un joyeux noël car vous avez gâché le mien avec votre jeu intitulé « Code name ». Après avoir testé ce « jeu » il y a quelques mois lors d’une partie fliquée par une néo-punk à chien à dread libanaise accro à l’ordre et allergique à la triche, j’ai tout de même décidé de demander au père noël de m’offrir votre jeu.

Semble-t-il qu’avoir détrôné le « blanc manger coco » de son piédestal vous a refilé le boulard et vous autorise à vous laisser aller dans le champ du n’importe quoi ou fleurit votre jeu qui s’apparente plus à de l’excrément de charolaise qu’à un coquelicot. J’abuse certainement un peu après avoir aussi abusé du pinard mais vous voyez l’idée.

Vous allez me dire, grâce à code name, on n’est plus obligés de se farcir à chaque soirée jeu les blagues pseudo-irrévérencieuses de gens qui n’arrivent à faire des vannes que si on les écrit pour eux.  Pour cela merci. Pour le reste, pas merci du tout.

De passage à Chantenay-Villedieu pour passer les fêtes de fin d’année au sein de ma belle-famille, et poussé par l’ivresse en bave prodiguée par les babines de Rubie, le nouveau beauceron au cul dodelinant de la famille, je sorti votre jeu pour nous détendre ensemble beau-papa, Belle maman, Tati Bidoche et donc la perruche, ma petite copine.  

Seulement voilà, beaucoup d’éléments sont restés dans l’incompréhension. Déjà pourquoi mettre des ronds au milieu haut de vos cartes ? Ça donne envie juste envie d’aller cherche la perforeuse.

D’autre part, penser à mettre les mots dans les deux sens sur vos cartes c’est pas con. Par contre l’écrire une fois en gros et l’autre en petit, ça c’est con. C’est pas parce que j’ai 21 ans de moins que belle-maman que je vois mieux qu’elle. Autre remarque : que fait-on avec les gens qui jouent à droite et à gauche ? Ils n’ont pas le droit de voir les mots eux ? Aussi pour vos prochaines cartes, merci donc de mettre quatre mots, dans les quatre sens et tous en gros.

Autre paradoxe et non des moindre : vous nous foutez 8 cartes rouge et 8 cartes bleu pour une carte bicolore. Au prix de la boite vous auriez pu nous mettre 9 cartes de part et d’autre, ça ne mange pas tant de carton que ça. Et si vos arguments sont écologiques pourquoi, dans ce cas, nous foutre un kilo de sachets plastique pour les cartes ? Les tortues vous disent merci (Sachez au passage qu’elle digèrent bien le carton d’après le Lancet).

Bref, d’incompréhension en incompréhension, de défaites en survet’, je n’ai pas passé un bon moment. On voit que vous n’êtes pas étudiant et que vous n’avez pas d’examens en janvier vous. Vous ne devez pas avoir de gros problèmes vous.

Aussi, je voulais savoir ce que vous comptiez faire pour réparer cette incartade ?

Comme je ne me sens pas d’humeur procédurière, je pourrais me contenter de quelques goodies à l’effigie de votre marque.

Bien à vous,

Tristan MAUSURGA

PS : Un consommateur est-il un con qui somatise ?

PS 2 : Dans votre jeu « mystères », toutes les cartes indices ont une couleur distincte sur chaque face sauf la carte loisir qui est grise des deux côtés, pourquoi ?

PS 3 : Oui j’ai un gros budget Iello alors une compensation financière serait la moindre des choses.

Lettre de motivation pour autrui (OU lettre à toute l’équipe de l’Equipe)

Chantenay-Villedieu, Le 29 décembre 2020

Lettre ouverte à toute l’équipe de l’Equipe

Bonjour,

Tout d’abord : Joyeux Noël.

Maintenant le vif du sujet : Par pitié, aidez-moi.

Cette lettre relève plus de l’appel à l’aide que de la lettre de motivation pour autrui. Aussi, je vous invite à la lire jusqu’au bout mais surtout d’y répondre prestement afin de soulager mon psychisme malmené par un certain Thibault J.

Thibault J., c’est ce français moyen sponsorisé par Celio que nous avons tous dans un groupe d’ami. Celui qui aime les jeux de mots laids et les statistiques sportives douteuses. Celui qui vous annonce toujours le futur crack et dont la mauvaise foi refait surface à chaque défaite de son ex futur-crack (CF Jurisprudence Hyeon Chung). Thibault J. c’est encore celui qui vous envoie des photos de chats arborant un pelage facial en forme de pénis avec comme légende « le fameux chat bite ». Ou encore, celui qui se prend pour un satellite météo depuis qu’il joue à Virtual Regatta.

Bref. Je pourrais disserter longtemps sur cet ami que nous avons tous. Donc je vais le faire. Mais en vous précisant le contexte. Moi et mes amis sommes d’honorables membres d’un groupe WhatsApp constitué d’une quinzaine d’individus partageant tous une passion pour le sport, tous les sports et rien que le sport. Nos échanges sont constructifs et je peux attester que les débats y sont (exception faite des jours de fêtes) de haute tenue.

Malheureusement l’un des membres de ce groupe, Thibault J. donc, bien que chaleureux au demeurant (il manquerait plus qu’il morde comme il le dit si bien lui-même d’ailleurs) se montre la totalité du temps tout à fait inaudible en matière de sport. Et comme il est Kiné et qu’il n’a pas grand-chose à fiche de ses journées, c’est forcément le plus bavard sur le groupe. (Contrairement à Bravard, autre membre de ce groupe dont les analyses se font malheureusement plus rares que celle de Thibaut J.)

Vous l’aurez compris : Thibault J. ne comprend pas le sport. Et il aura beau mettre toute la mauvaise foi qui le caractérise dans un argumentaire dénué de toute rhétorique pour vous dire que c’est vous qui n’y entendez rien, tous les membres du groupe sont unanimes : l’inconsistance sportive de Thibault J. n’a d’égal que la consistance de Deschamps sur le cas Benzema. Il n’y a pas grand-chose à faire donc.

A moins que …

A moins que vous ne consentiez à le prendre en stage d’observation non rémunéré pour une durée d’une semaine afin de lui inculquer les us et coutumes d’un raisonnement sportif. Même si ce n’est pas avec Vincent Duluc, même si vous le foutez à la photocopieuse, ou à la machine à expresso, pitié prenez-le.

Comprenez bien que nous avons déjà tout essayé (on est même allé voir chez Eurosport qui ne daigne plus nous répondre au demeurant) mais vous êtes notre dernière chance.

N’ayez crainte, si ce n’est sa démence sportive, Thibault J. est tout à fait charmant (quand il n’a pas mal au ventre).

Il y va de la survie de notre groupe lequel souffre chaque jour un peu plus des errements sportifs de Thibault J. Alors soyez sympas et faites un geste.

En espérant de tout cœur que nous puissions compter sur votre bon cœur.

Bien à vous,

Tristan Mausurga, Directeur artistique auto-proclamé du groupe WhatsApp « JMA > Jesus »

PS : Si jamais vous accédiez à notre requête : n’abordez pas les théories du complot avec Thibault J. Il les adoube toutes sans exception.

PS 2 : On tient à votre disposition un dossier complet de candidature pour Thibaut J. si besoin.

PS 3 : Aller merde quoi, faites un p’tit geste…

Lettre au service consommateur de YOPLAIT

Toulouse,                                                                 Le 9 décembre 2020

Lettre au service consommation Yoplait

Monsieur le Directeur en chef du service consommateur de Yoplait,

Par la présente, je me permets de vous adresser un « retour d’expérience » dont sont friands tous les étudiants en marketing, futurs chefs du monde (pour reprendre l’expression d’un ami qui m’est cher mais qui n’a fait que des études de droit).

Je ne vous ferai pas le plaisir de vous ménager le suspense en vous disant derechef que si j’ai gouté vos perles de lait (saveur coco) j’y ai surtout peu gouté. Faut dire que les champignons c’est mieux dans l’humus que sous le l’opercule de vos yaourts.

A l’instar d’Inès de Koh Lanta, je n’ai jamais vu de noix de coco ailleurs que dans vos perles de coco. Cela dit j’ai déjà vu du moisi. Plein de fois même. Et figurez-vous que j’ai une résistance au moisi supérieure à la moyenne. Ma compagne ne supportant pas le gâchis (je pose tout de même la question ici de savoir si elle n’aime pas un peu le moisi quand même ?) m’en fait manger de toutes les couleurs depuis plus de quatre ans maintenant. S’il est vrai que j’ai pu avoir quelques nuits indigestes chez mes beaux-parents qui semblent partager la lutte de leur fille contre le gaspillage, cela m’a surtout endurci le cuir stomacal en me forgeant un système immunitaire défiant toute moisissure.

Mais là je gargouille. Je gargouille depuis 3 jours, après avoir ingurgité votre petit pot le 7 décembre dernier que je pouvais – soi-disant – manger jusqu’au 13 décembre selon votre DLC indiqué sur le packaging.

Mon médecin généraliste pense à une causalité évidente tandis que mon thérapeute (spécialiste de médecine chinoise, hypnose, TCC et psychanalyse) paie les pots cassés issus de vos pots moisis.

Vous l’aurez compris, malgré le moisi, et ne souhaitant pas braver l’anti-gaspillagite aigüe de la patronne, j’ai tout de même mangé votre yaourt après y avoir découvert de la moisissure sous l’opercule. Afin de vous prouver ma bonne foi, vous trouverez ci-dessous quelques clichés du yaourt incriminé.

Souffrant de dépression plus permanente que chronique, vous comprendrez que s’attaquer à mon estomac qui, comme chacun sait, est le deuxième cerveau, c’est me condamner à une double dépression.

Aussi, je vous demande ce que vous comptez faire pour régler cette affaire à l’amiable (je vous rappelle que j’ai un ami avocat) ? A minima je pense que quelques goodies à l’effigie de votre marque serait un début de solution, qu’en pensez- vous ?

Dans l’attente d’un retour de votre part, que j’espère plus rapide que la récurrence de mes diarrhées. 

Cordialement,

Tristan Mausurga

PS : Ne me faites pas le coup de LIDL qui refuse de me renvoyer une tranche de saumon manquante sous prétexte que je n’ai plus leur emballage. Je n’ai plus votre emballage, par votre faute : sur votre packaging, il est écrit : « pensez au tri ! Ensemble réduisons l’impact environnemental des emballages », aussi vous n’allez quand même pas me faire l’affront de me reprochez de respecter vos consignes conjuguées à l’impératif, si ?

LA REPONSE :

Lettre de délation/motivation Virtual Regatta

Toulouse                                                                                Le 26 novembre 2020

Lettre à l’intention du community manager de Virtual Regatta

Monsieur le Community manager,

Je suis le capitaine Tristan Le foc, skipper à la barre du bateau du même nom. Je tourne actuellement à 15,9 nœuds et suis 225 660ème du votre Vendée globe virtuel.  Je suis un proche du capitaine du navire Charriot US avec qui j’entretiens des relations amicales. Ce dernier effectue une course que tout marin qui se respecte qualifierait d’honorable avec une place actuelle de 35.276ème. Il a su admirablement tirer son épingle du jeu jusqu’ici.

Mais je ne vous écris pas aujourd’hui pour vous entretenir de nos états de course, plutôt de nos états d’âmes. Suite à une affaire qui pourrait, si elle devait perdurer, entacher la pureté de nos trajectoires.    
Je suis au regret de devoir dénoncer l’attitude anti-sportive du capitaine Jean-Marie.PSG.

Lequel s’en prend à mon ami, la Capitaine du bâtiment Charriot US, en lui demandant d’expliciter de manière fort inconvenante, ses choix de cap.  

Je ne saurais rester les voiles croisées quand mon ami se trouve injustement qualifié de « tas de merde ». Je peux faire preuve de compassion vis-à-vis de ce jeune homme qui souffre à la fois d’un prénom difficile à porter et d’une équipe difficile à supporter. Mais je n’accepterai pas qu’on s’en prenne à l’un quelconque des membres de ma team (exception faite de Jajasdepic dont l’outrecuidance dépasse le talent).

Il me semble que votre entreprise est actuellement à la recherche d’un Community manager pour gérer ce genre de situation discourtoises. Si la place n’est pas d’ores et déjà prise, je vous présente officiellement ma candidature par ce canal. Considérer alors cette lettre comme une lettre de motivation (mais aussi de délation, hein).

A titre d’exemple, je peux vous proposer une réponse que je ferai à Jean-Marie.PSG une fois que j’aurais intégré votre équipe :

«… Cher Jean-Marie.PSG,

Un autre membre de jeu nous a fait part d’insultes venant de votre navire à son encontre. Vous remettriez notamment en causes ses choix de cap.

Sachez tout d’abord, qu’à tribord comme à bâbord, les injures ne vous honorent.

Elles n’ont pas de place sur notre plateforme qui n’a d’autre but que le divertissement pour tous, petits et grands.

Aussi nous vous invitons à modérer vos propos à l’avenir.

Gardez le bon cap et tout ira bien.

Cordialement,

L’équipe VR

… »

Voilà, Je ne pense pas pouvoir faire preuve de plus de courtoisie à l’égard de ce gros con, et vous constaterez qu’aucune animosité ne transpire de cette réponse vis-à-vis de cet tête de nœud qui mériterait pourtant une bon coup de winch dans sa tronche.

Je pense vous avoir tout dit.

Que comptez-vous faire pour régler cette délicate affaire ?

Quand pouvons-nous nous rencontrer pour mon entretien d’embauche ?

Cordialement,

Capitaine Tristan Le Foc

NDLR : Afin de préserver l’anonymat de chacun, les pseudos des personnes impliqués dans cet imbroglio ont été remplacés par des pseudos fictifs.

Lettre à toute la rédaction d’Eurosport et à Arnaud Di Pasquale

Cher Eurosport,

Étant donné le nombre d’heures inimaginables consacrées à la lecture de vos articles, j’ose espérer que vous prendrez le temps de lire cette lettre jusqu’au bout et d’y répondre prestement.  C’est bien simple, si j’avais dédié mes heures Eurosport à n’importe quel sport, ça ferait longtemps que vous écririez sur moi. 

Bref. Vous l’aurez compris, je suis un lecteur à l’assiduité irréprochable. N’aimant le foot qu’à dose internationale, je me farcis quand même les « mercato-foot » et autres « stream team » chaque semaine que Federer fait. Adorant le cyclisme, je ne rate pas un épisode des « rois de la pédale », je suis même allé jusqu’à poncer les « fous du volant » alors que pour moi, le seul grand prix, c’est le « juste prix ».  Alors oui, j’apprécie grandement Martin et sa manière de présenter Maxime, j’admire la plume de Laurent et ses idées parfois surannées et je peux même vous dire que si je devais être homo, ce serait avec Arnaud (pour sa petite voix suave et sa crinière de crocodile dandy).

Ok. Je vous aime bien. Mais par contre il y a quand même quelque chose que je peux plus souffrir c’est la nouvelle interface noir. C’est quoi l’idée ? La reproduction numérique de l’inter-fessier ? Je ne vais pas y aller par quatre chemins, c’est vilain. Très très vilain. Avant, c’était clair, ordonné, lisible, presque jovial. On savait où on mettait le doigt quand on entrait dans le site.

Et puis un beau matin, sans crier gare, c’est le bazar. Plus de suite dans les articles et du noir partout. Pour tout vous dire, j’ai même pensé un instant que c’était mon ordinateur qui plantait. Mais après vérification sur mon GSM, j’ai bien dû me rendre à l’évidence : l’interface était devenue morose. D’une tristesse infinie. Du genre à vous faire relativiser le spleen de Grizou au Barça.

Ça vous dit tout de mon niveau informatique certes, mais ça vous parle surtout de la laideur de cette nouvelle interface. Le noir c’est élégant mais en smoking, là c’est le cirque Pinder en noir et blanc votre truc. Alors je sais, à l’exception d’Arnaud, le monde du sport n’est pas toujours un monde d’esthète mais là… merde quoi. Faites un effort.

Je souffre déjà de diverses maladies chroniques et d’obésité morbide, alors quand on pense que ma seule activité physique quotidienne consiste à cliquer sur vos liens (ce qui vous rapporte de l’argent au demeurant), j’aimerais autant ne pas avoir à réfréner mes clics par la faute de votre design abrasif. 

Malgré votre passion nouvelle pour le noir, ne prenez donc pas ombrage de cette lettre qui, je l’espère vous fera réfléchir sur un éventuel retour en arrière. Car oui, comme le dit Moscato, parfois c’était mieux avant.

Vous l’aurez compris, j’apprécierais un retour en arrière, mais surtout un retour de votre part, dans un sens comme dans l’autre, même si à mon sens, et c’est une question de bon sens, il n’y a qu’un bon sens.

PS 1 : Je connais Denis Brogniart avec qui j’entretiens une relation épistolaire à sens unique, alors faites pas les cons.

PS 2 : J’ai un groupe Whatsapp avec 11 amis dont 4 au moins sont d’accord avec moi. Inutile de vous préciser qu’on n’est pas loin de la pétition là.

PS 3 : Faites une bise à Arnaud de ma part.

Bien à vous,

Tristan Mausurga

LA REPONSE DE PAULINE D’EUROSPORT :

Cher Tristan,

Votre lettre m’est parvenue ce matin, je l’ai lue avec la plus grande attention. J’ai beaucoup apprécié : belle plume, bel humour, des compliments, des mots d’encouragement, vous avez égayé ma journée. D’ailleurs, votre lettre m’a tellement plu que je l’ai partagée avec le reste de l’équipe ; Arnaud est très flatté, il vous embrasse. Maxime aussi d’ailleurs, il vous fait un petit coucou dans le « FC Stream Team » d’aujourd’hui. Martin lui a fait une de ses plus belles présentations en votre honneur. A retrouver ici : hhttps://www.facebook.com/watch/?v=311936006440201

Avant d’entamer les choses sérieuses, laissez-moi me présenter. Je m’appelle Pauline. Je m’occupe du Service Clients d’Eurosport. Et je vais essayer au mieux d’apaiser toutes ces souffrances causées par le nouveau design du site et de vous redonner espoir et confiance en l’avenir d’Eurosport.

Ah les gouts et les couleurs ! Il en faut un peu pour tout le monde.
Nous sommes très à l’écoute de nos utilisateurs, nous envoyons des enquêtes de satisfaction très régulièrement. Nous lisons les retours avec grand intérêt et nous basons sur les avis utilisateurs pour de nombreux changements sur le site et les applications.
Nous ne prévoyons pas un retour à l’ancien site car nos utilisateurs perdraient l’avantage des nouvelles options de streaming et autres fonctionnalités que nous avons introduit récemment. Mais, vous l’aurez compris, nos plateformes ne sont pas figées dans ce nouveau design et sont amenées à évoluer rapidement. 🙂

Je vous remercie pour vos encouragements, continuez de nous faire des retours nous en sommes friands !

Cordialement,

Pauline

Eurosport Customer Support

Déclarations d’amour

Belle princesse,

Après vous avoir vu danser, je voudrais bien vous

Voir m’accorder une oreille attentive afin de

Prendre, sans plus tarder et où bon vous semblera,

Le temps de vous exposer mes sentiments à votre égard qui volettent

dans tous les sens. Car en effet, Je sens grossir en moi cette lourde

tâche de vous avouer que c’est votre grâce qui me turlu-

pine. Ma foi, c’est incontrôlable. Aussi, je voudrais que vous me preniez par

la main, ma timidité m’empêchant de vous courtiser. Et malgré vos soupirants, je ne saurais faire

la queue pour vous montrer à quel point nous sommes faits l’un pour l’autre. A la vérité, je suis un

bien piètre parleur mais, tel le marsupial, je sais fouger un

bon coup. Et je voudrais tant que vous me donniez la chance de vous

le prouver derechef en m’accordant dès maintenant un

baiser. Tandis que je vous serais si reconnaissant de bien vouloir me laisser vous

aimer comme l’unique femme de ma vie que je sens poindre en vous. Car je dois le con-

fesser, avec force et conviction,

Ce coup de foudre ne restera pas sans lendemain, et je vous aimerai

Jusqu’à la fin des temps.

REPONSE DE LA PRINCESSE

Mon beau prince,

Quelle chance que la mienne car enfin je vais pouvoir me faire

belle pour un homme qui en vaille vraiment la peine. Car en vérité, de l’amour je peux vous pro-

mettre. Encore et encore. Je n’ose imaginer qu’un frein s’immisce entre nous. D’évidence, je suis

en train de tomber éperdument amoureuse de vous. En moi, je sens poindre cette douceur

chaude. C’est tout mon être, tout mon corps, qui frémisse à l’idée de vous sentir

Si proche de mes sentiments. Oui, je le sais : l’amour n’est que folie ! Mais encrée

en moi si profondément… Tant et si bien que c’est pour toujours que je voudrais avoir votre manche

princière autour de mes frêles épaules. Après tout, un coup de foudre n’est rien qu’une mise

en bouche. Mais soyez assuré que je ne compte pas m’arrêter là, car je voudrais aussi la prendre,

cette rencontre, comme une promesse de longévité, ne sentant pas en vous le genre d’homme qui agirait

par derrière. Cette histoire s’écrira dans les annales. Et ce soir, chez moi, vous allez me

faire le plaisir de venir prendre une tasse de thé et des muffins que je viens tout juste de

fourrer. Je vous laisserai alors volontiers me prouver que vous êtes un

Prince. Celui que j’attendais depuis si longtemps mais aussi et surtout un homme de

bon coup.

Lettre à Rosy

Toulouse,                  Le 25 septembre 2020

Ma Rosy,

Pas ça Roselyne. Pas aujourd’hui. Pas maintenant. Pas après tout ce que tu as fait…

Cette lettre est une lettre d’amour à l’aide. Je t’aime ma bachelorette mais j’ai besoin de toi. Le monde de la culture a besoin de toi. Comme bon nombre de français, tu es ma politique préférée, car tu n’es pas politique. Je chérie l’ensemble de ta carrière comme une œuvre en tant que tel, en ce compris l’épisode de diffamation nadalienne qui contribue encore plus à la légende de celle qui dit.

Comme je le disais avant la pommade, la culture a plus que jamais besoin de toi. Les bars, les festivals, les évènements sportifs, le cinoche, le théâtre, tout ce petit monde se meurt peu à peu. Dans ce gouvernement de casse-bonbons, le contre-pouvoir c’est toi. Le sinistre Véran nous emmerde depuis des mois avec ses masques et ses gestes barrières, pourquoi pas. C’est son rôle. Mais pas le tien. Toi, tu mets fin aux aides de Matzneff. Ce sont de vrais sujets qui t’affairent (Même si tu t’es laissée aller sur les dix petits nègres…)

Aussi, je t’enjoins à prôner l’irrévérence si chère à la culture. Dans la culture le masque est une farce, pas un garde-fou. Alors au diable, les places limitées, les masques obligatoires, les gestes barrières. Ouvrons les vannes, trouons nos masques et foutons le bordel ma Roselyne. La culture n’a rien de scientifique. Elle n’est même pas sérieuse. Alors sa cheffe doit se montrer à la hauteur et s’élever encore pour que chacun de nous puisse en jouir. Peu me chaut que mamie jacqueline – et l’univers sait combien je l’aime – décède d’un sombre virus, pourvu que ce soit au nom de la culture. La seule et unique raison de vivre avec l’amour. Je préfère mourir dans l’excès que vivre en pisse-froid. Car au fond, je sais que tu sais que Bedos à raison. Il a tellement raison que ce n’est plus Nicolas le « fils de », mais Guy le « père de ».

On porte tous des masques. Depuis toujours. Mais le bleu de ce masque n’a rien de ciel, il est gris. Et il nous enferme.

Ouvre les restaurants ma Rosy, laisse les bars nous enivrer comme avant. Ne donne pas d’argent au cinéma, mais donne nous plutôt l’envie d’y retourner. Empêche-les de nous empêcher. Tout n’est pas fragile. Ta destinée, c’est l’espoir d’un monde qui ose. Ta destinée c’est de se poser comme celle qui s’oppose en grimpant sur le bûcher des réseaux sociaux. Fière et forte.  

Tu es une femme de gout, comme en atteste les différents ministères par lesquelles tu es passée et je compte sur ta voix suave pour dire ce que tu as à dire.

Ce que j’espère avec cette lettre ? Une réponse me faisant état de la politique que tu comptes mener au nom de la culture.

PS : Je profite de cette tribune pour souhaiter l’anniversaire de mon ami Victor C. (qui serait enchanté d’un petit mot de ta part également).

Tristan Mausurga

Lettre de cessation d’imposture (Winamax)

Mail reçu de l’équipe Winamax portant de lourdes accusations :

Bonjour Tristan,

Nous vous informons que votre compte ++++++ a été bloqué.

En effet, nous avons constaté une collusion entre vous et un autre joueur sur nos tables de jeux.

Nous vous rappelons que la collusion est une manœuvre frauduleuse et interdite consistant à jouer en équipe avec un ou plusieurs joueurs à l’insu de vos adversaires, et ainsi de bénéficier d’un avantage déloyal.

Ce comportement constitue une grave infraction à nos conditions générales d’utilisation et est à l’opposé de l’éthique défendue par Winamax.

Notez qu’il est également strictement interdit de donner ou de demander des indications sur une main lorsqu’elle est en cours, de transférer volontairement des jetons ou d’éviter d’affronter un adversaire afin de l’avantager.

Winamax prend très au sérieux toute forme de tricherie, et ne peut en aucun cas tolérer que des joueurs s’y adonnent sur ses tables.

Nous vous invitons donc à nous envoyer une explication honnête afin que notre département Sécurité & Fraude puisse statuer sur le déblocage éventuel de votre compte Winamax.

Merci de votre compréhension et de votre coopération.

L’équipe Winamax

LA REPONSE :

Monsieur l’agent de la sécurité,

Je m’en remets à vous après la récente désactivation de mon compte winamax suite à des soupçons de collusion avec un autre membre de la communauté. Je vois très bien à qui vous faites allusion avec cette collusion voyez-vous. Aussi je ne souhaite pas rentrer dans une défense absurde et j’admets connaitre +++. Cela étant dit, bien que nous connaissant depuis le CM1, nous sommes aujourd’hui de respectables ressortissants français et il nous est insupportable que notre honneur de citoyens soit remis en cause dans cette triste affaire. Nous jouons parfois ensemble, certes. Nous nous connaissons, certes. Il nous arrive parfois même de partager un lit. Mais jamais il ne nous est venu à l’idée de jouer de connivence.

Sauf le week-end dernier.

Sans rentrer dans les détails, nous sommes partis ensemble nous ressourcer en suisse après une année difficile pour +++. Nous y avons pratiqué le cyclisme, la pêche et donc le poker.

Sachez tout d’abord que le repas du samedi midi (Blanc de poulet, pâtes sauce pesto vert) avait été accompagné de bouteilles de vin de bonne facture. Aussi, l’ivresse aidant, nous perdîmes malencontreusement conscience des conditions générales d’utilisation de Winamax (que nous connaissions pourtant, avant d’être bourrés, sur le bout des doigt). Et nous avons fauté…

Jouant quelques parties de Killer à 50 centimes sur les mêmes tables, nous reconnaissons avoir délaissé quelques jetons ça et là au profit l’un de l’autre. Il y a peut être eu par moment des complaisances. Des égarements. Mais n’avez-vous donc jamais été saouls ?

Cela étant dit, nous vous prions de bien vouloir étudier notre dossier. Et de nous pardonner. Nous reconnaissons notre faute. Nous nous engageons à ne plus jamais jouer aux mêmes tables s’il le faut (Une exception pour les tournois Freerool serait grandement appréciée). Nous sommes également prêts à ne plus jamais tricher, même au président. Mais par pitié, ne nous coupez pas de notre passion.

Car sans le poker, nous ne pourrons plus nous envoyer un texto tous les matin à 10H59 nous informant que le freeroll de 11H est imminent.

Sans le poker, le temps passé aux toilettes n’aura plus la même saveur.

Sans le poker, nous ne saurons plus quoi faire au travail.

Nous avons fait une erreur, que nous regrettons aujourd’hui amèrement. Nous sommes prêts à en assumer les conséquences. Mais si il n’y en avait pas, ce serait mieux.

Nous nous en remettons à vous et espérons que vous comprendrez que l’humour est notre seule défense. Même si nous souhaitons sincèrement que nos comptes soient réactivés.

PS : Comme il est hors de question de tomber seul le cas échéant, sachez que Jajasdepic est de mèche.

Souhaitant sincèrement sortir dignement de cet imbroglio, je vous prie de croire, Monsieur l’agent de sécurité, en mon sentiment dévoué.

Tristan Mausurga

Fesse-moi encore

Aujourd’hui, on va parler de la fessée. Un sujet qui me tient à cul. La fessée qui fait son grand retour dans le débat parlementaire et qui va donc être « symboliquement » interdite.  Dans cette rubrique, je vais m’attacher à analyser le meilleur des propositions de nos politiques. Disons que je suis plus proche du chômdu que du burn out, mais au moins en cas de page blanche, j’ai déjà l’excuse.

C’est pas évident de faire le tri parmi toutes les propositions de lois. A tel point qu’après avoir mis des quotas pour imposer l’égalité homme femme dans le gouvernement, on se demande pourquoi ils n’ont pas fait pareil avec les bonnes idées. Qu’il y en ait quand même une de temps à autre. En cherchant bien, j’ai trouvé la fessée donc.

Alors, attention, je ne vous parle pas de celles auxquelles sont habitués les sportifs français depuis que Coubertin leur a expliqué que l’important c’était de participer. Non je vous parle de cette menace parentale qui consiste à dire : « tu la vois cell-là ? »

On ne va pas de mentir, cette loi anti-fessée, c’est clairement LA bonne idée : elle dénonce notamment le fait que : « la violence subie au sein de la famille apprend à l’enfant que l’on règle les conflits par la violence et par le rapport de force ». Or comme chacun sait depuis que marguerite Yourcenar l’a écrit : « c’est quand tu as un frelon sur les couilles que tu comprends que la violence n’est pas forcément la solution ».

La force de cette proposition de loi, comme le souligne les parlementaires, c’est qu’elle sera : « un levier d’action efficace pour réduire les maltraitances, l’échec scolaire, les maladies, les suicides, les comportements anti-sociaux et la délinquance qui découlent de ces modes d’éducation ». Moi ce que je constate c’est que cette proposition de loi manque un peu d’ambition quand même. Mais je la soutiens totalement. Et je vais vous dire pourquoi.

Tout d’abord parce j’ai moi-même testé la fessée. Pas en tant que donneur mais en tant que receveur. Petit, j’en ai soupé de la fessée. Et aujourd’hui, je me pose cette question de savoir si je méritais plus la première fessée que je recevais après avoir décollé et bouffé le papier peint de ma chambre ou bien la deuxième fessée que je prenais après avoir répondu à ma fesseuse de mère : « même pas mal ». La seule chose dont je me souviens avec précision, c’est qu’aux mains bagouzées de ma mère, je préférais les mains burinées de mon père qui avaient l’avantage d’être nues. Toujours est-il qu’à force de fessées, et pour reprendre Anatole France, mes parents ont bien fini par réussir à mes faire entrer les vertus par le cul !

Passé ce récit émouvantionnant sur l’histoire de mon derrière, je tiens à préciser que ce texte se positionne plus comme force de proposition que comme solutionneur. Une sorte de lanceur de pistes.

En voici donc quelques-unes que je propose modestement pour ceux qui sont pourvus des attributs leur permettant de s’adonner au reflexionnement :

Comme première proposition, je reprendrais celle d’Agnès Buzyn, notre ministre de la santé à tous et mon mentor en termes de bonnes idées. Il y a quelque mois, elle a pu se prononcer en faveur de l’interdiction de la cigarette dans le cinéma. Suivant son raisonnement, je pense qu’il serait bon d’interdire toute chanson faisant référence de près ou de loin à la fessée. Car les chansons inciteraient nos jeunes à vouloir fesser ou se faire fesser. Ainsi, Adieu ! Adieu la fessée de Luce. Adieu la petite fessée du dimanche soir des coquettes. Adieu l’apologie de la fessée de Pierre Chêne. Ou encore Adieu Mylène Farmer et son Pourvu qu’elles soient douces. Aller hop ! Ça dégage ! Sans oublier bien sur celui que j’appellerai le Jaques Mesrine de la chanson : George Brassens qui prône en même temps la cigarette ET la fessée dans sa chanson éponyme « la fessée ». Là, on est quand même sur un forcené de la violence.

Pour aller plus loin et donner toutes leurs chances de bientraitance à nos chérubins. Je propose de mettre en place un nouveau dispositif : « alerte fessement ». Il s’agirait de pourvoir chaque enfant sur le territoire national d’une sorte de bipper relié par satellite et qui leur permettrait, en appuyant simplement sur un gros bouton rouge, de prévenir les autorités qu’ils sont victimes de fessage. Un message d’alerte serait automatiquement envoyé au ministère de l’éducation tandis que le visage du fesseur apparaitrait sur tous nos écrans. Je travaille déjà sur ce projet pour arriver à fournir aux enfants un boitier suffisamment petit pour rentrer dans leur cartable sans pour autant prendre la place du gouter. Un projet ambitieux donc, mais qui je crois, est nécessaire.

Autre proposition : Pour alimenter les tribunaux des réseaux sociaux, je propose un nouvel # :  #balancetonfesseur. Qui serait dédié aux bouts d’choux qui pourront là encore, dénoncer anonymement toute agression de fessement. Je pense également qu’une page facebook pourrait être efficace pour recueillir tous les témoignages. Un Wall of shame en quelque sorte.

Alors, n’allez surtout pas pensez que je suis contre toute idée de punition et que je me pose en défenseur d’un laxisme éducatif pourvoyeur d’enfants rois. Pas du tout, Pas du tout !  Non. L’enfant, quand il a commis une bêtise doit le savoir. Et doit donc être puni. Mais frapper le petit parce qu’il a lui-même tapé sur sa frangine, pas sûr que la logique soir évidente.

Je suis donc pour la punition. Mais je pense qu’au lieu de fesser l’enfant, il faut le responsabiliser. Le traiter en adulte. D’égal à égal. Et trouver des solutions plus adaptées que la fessée en termes de punition.

Exemple, le petit Oscar qui a sauté à pieds joints dans une flaque et qu’il a salopé sa belle salopette toute neuve. Là, papa a les glandes, mais comme punition alternative à la fessée, je préconise deux mois de prison avec sursis. Avec peut-être une circonstance atténuante, si Oscar portait des bottes au moment des faits.

Si Oscar se montre cruel avec votre poisson rouge en le balançant vivant dans la cuvette des toilettes, je pense qu’il faut y aller fort, à coup de buzyn, et prévoir de la prison ferme. Tolérance Zéro.

Enfin, si Oscar fugue, il m’apparaît évident que la pose d’un bracelet électronique empêcherait toute tentative de récidive.

Avec ces propositions fortes, je pense qu’on a là quelques pistes intelligentes.

Nul doute qu’elles seront « un levier fort » pour reprendre l’expression des parlementaires pour mettre véritablement fin aux comportements anti-sociaux, à la famine en Afrique, à la violence dans le monde, au virus de l’hépatite A voir B, n’ayons pas peur de l’optimisme.

Bien à vous,

Tristan Mausurga

Candidature chasseur d’asperges

Offre d’emploi :

Ramasseur d’asperges vertes
travail à mi temps tous les matins environ 3 heures (dimanches et jours fériés inclus)
saison de fin mars à début mai (environ 7 semaines)
Pas d’expérience exigée
Formation assurée sur place et matériel de récolte fourni
Rémunération au smic (9,88 €/heure) dimanches et jours fériés +25%
Prévoir bottes et vêtements de pluie
Envoyer cv par mail

Lettre de motivation : 

 Madame, Monsieur,

L’asperge ça me connaît !

Pour vous faciliter la tache dans votre recrutement, j’ai décidé de mettre moi-même vos observations directement dans ma lettre. Observations que je mettrai en vert. (+1 pour le postulant, on parle d’asperges vertes et il écrit en vert, il a le sens du détail.)

Soucieux, par nature, du bien être animal, je ne peux me résoudre à faire souffrir une asperge. Aussi, pouvez-vous me confirmer que les asperges n’ont pas le temps de souffrir dans votre processus ? (+2 pour le postulant, il a une approche moderne du métier.)

En fin connaisseur, j’attire votre attention sur le fait que les asperges poussent sur les arbres. On ne parle donc pas de « ramasseurs » mais de « cueilleurs ». Même si à titre personnel, je préfère l’appellation « chasseur d’asperges ». (+3 pour le postulant, il connaît son affaire mieux que moi, je vais pouvoir apprendre pleins de choses de lui, et ce gratuitement.)

Curieux de nature, je me pose des questions. Pouvez-vous me confirmer qu’il n’y a absolument aucun rapport entre le syndrome d’asperger et les asperges ? J’attends toujours qu’on m’en apporte la preuve. Avouez que la ressemblance des mots est tout de même troublante. (+4 pour le postulant, il est curieux.)

Comme vous avez pu le constater à la lecture de cette lettre, je m’ennuie. Si vous pouviez me sortir de ma torpeur en me donnant le job, ce serait gentil.  (+5 pour le postulant, il est con mais je n’aurai à le supporter que 7 semaines.)

Dans l’attente de vous offrir (si, à ce salaire là, c’est de l’offrande) ma force de travail,

Je vous asperge de bon sentiments.

Tristan Mausurga