Lettre au service consommateur de YOPLAIT

Toulouse,                                                                 Le 9 décembre 2020

Lettre au service consommation Yoplait

Monsieur le Directeur en chef du service consommateur de Yoplait,

Par la présente, je me permets de vous adresser un « retour d’expérience » dont sont friands tous les étudiants en marketing, futurs chefs du monde (pour reprendre l’expression d’un ami qui m’est cher mais qui n’a fait que des études de droit).

Je ne vous ferai pas le plaisir de vous ménager le suspense en vous disant derechef que si j’ai gouté vos perles de lait (saveur coco) j’y ai surtout peu gouté. Faut dire que les champignons c’est mieux dans l’humus que sous le l’opercule de vos yaourts.

A l’instar d’Inès de Koh Lanta, je n’ai jamais vu de noix de coco ailleurs que dans vos perles de coco. Cela dit j’ai déjà vu du moisi. Plein de fois même. Et figurez-vous que j’ai une résistance au moisi supérieure à la moyenne. Ma compagne ne supportant pas le gâchis (je pose tout de même la question ici de savoir si elle n’aime pas un peu le moisi quand même ?) m’en fait manger de toutes les couleurs depuis plus de quatre ans maintenant. S’il est vrai que j’ai pu avoir quelques nuits indigestes chez mes beaux-parents qui semblent partager la lutte de leur fille contre le gaspillage, cela m’a surtout endurci le cuir stomacal en me forgeant un système immunitaire défiant toute moisissure.

Mais là je gargouille. Je gargouille depuis 3 jours, après avoir ingurgité votre petit pot le 7 décembre dernier que je pouvais – soi-disant – manger jusqu’au 13 décembre selon votre DLC indiqué sur le packaging.

Mon médecin généraliste pense à une causalité évidente tandis que mon thérapeute (spécialiste de médecine chinoise, hypnose, TCC et psychanalyse) paie les pots cassés issus de vos pots moisis.

Vous l’aurez compris, malgré le moisi, et ne souhaitant pas braver l’anti-gaspillagite aigüe de la patronne, j’ai tout de même mangé votre yaourt après y avoir découvert de la moisissure sous l’opercule. Afin de vous prouver ma bonne foi, vous trouverez ci-dessous quelques clichés du yaourt incriminé.

Souffrant de dépression plus permanente que chronique, vous comprendrez que s’attaquer à mon estomac qui, comme chacun sait, est le deuxième cerveau, c’est me condamner à une double dépression.

Aussi, je vous demande ce que vous comptez faire pour régler cette affaire à l’amiable (je vous rappelle que j’ai un ami avocat) ? A minima je pense que quelques goodies à l’effigie de votre marque serait un début de solution, qu’en pensez- vous ?

Dans l’attente d’un retour de votre part, que j’espère plus rapide que la récurrence de mes diarrhées. 

Cordialement,

Tristan Mausurga

PS : Ne me faites pas le coup de LIDL qui refuse de me renvoyer une tranche de saumon manquante sous prétexte que je n’ai plus leur emballage. Je n’ai plus votre emballage, par votre faute : sur votre packaging, il est écrit : « pensez au tri ! Ensemble réduisons l’impact environnemental des emballages », aussi vous n’allez quand même pas me faire l’affront de me reprochez de respecter vos consignes conjuguées à l’impératif, si ?

LA REPONSE :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s