Lettre de candidature à Koh Lanta

LYON                                                                      Le 26 décembre 2016

Mon petit Denis, (Tu permets que je te tutoie)

Grand consommateur de bouillabaisse, je n’en suis pas moins friand de champignons et autres cétacés. C’est pourquoi je me permets de te soumettre ma candidature pour la prochaine saison de Koh-Lanta. Un lien sans rapport vaut mieux qu’un rapport sans lien. Et si tu ne comprends pas cette phrase, dis-toi bien que moi non plus mais qu’elle prend alors tout son sens.

Souffrant du syndrome de Thevenoud, je n’ai pu me résoudre à remplir ton formulaire. Ma personnalité rayonnante ne saurait rentrer dans tes cases sinistres. C’est bon pour les notaires et autres cervelets déconfits. Ce pourquoi je préfère t’écrire une lettre. Car, vois-tu, je suis un lyrique moi. Et la poésie m’impose de ne pas simplement te répondre mais bien plus encore de te raconter. Mais n’aies crainte mon petit Denis, je répondrai sans détour à toutes tes questions.

Tu me demandes de me décrire en quelques lignes :

Ouhhhh mon Denis… Je te vois venir avec tes chemises froissées et tes phrases toutes faites. Mais crois-moi, il y a autant de synapses dans mon cerveau que de poils sur ton avant-bras, alors on me l’a fait pas à moi. Et mon flambeau, t’es pas prêt de l’étouffer. Tandis que moi, c’est dans les œufs que j’m’en vais t’étouffer toute stratégie que pourraient concocter les autres mercenaires. Mais je vais quand même t’avouer deux, trois trucs.

Autant te le dire tout de suite :  j’ai toujours eu un gout prononcé pour l’aventure. Tout petit déjà, avec Maurice (Maurice, c’est mon cousin – enfin c’était mon cousin parce que depuis on est fâchés) je démoulais de gros pâtés de sable sur la plage de punk-nudistes de Saint Lunaire. Ce qui m’a clairement endurci le cuir. Je peux même te confesser que je m’y suis risqué à la confection de circuit de billes. Moins efficace que les pâtés de sables avec les filles mais tout à fait souverain sur le plan géopolitique.  Et aujourd’hui je manie le bigaro comme personne.

Comme je suis lyonnais, et malgré ce que peut laisser transparaitre la brindille qui me sert de corps, j’aime la bouffe. Les bourges diraient volontiers que je suis un épicurien. Moi j’préfère dire que j’aime me tartiner la panse. Donc autant te dire tout de suite que j’ai hâte de m’enfiler sans vergogne un baril de larves. Tes yeux de marlin, j’vais t’en faire de la mousse à blinis.

Mais ce n’est pas tout mon petit Denis. La nature (mais aussi un peu ma maman) m’a doté d’un physique que l’on pourrait qualifier d’efficace : J’ai une santé de fer, un mental d’acier et un corps d’Ebène. En d’’autres termes et comme l’a dit Greg le Millionnaire avant moi : je suis tout dur de partout.

Tu me demandes pourquoi je veux participer à Koh-Lanta ?

Premièrement : au cas où tu l’aurais pas remarqué, j’ai pas un mental de participant moi. J’ai un mental de winner. J’suis pas là pour faire de la figuration coubertine à la mord-moi l’foulard.

Deuxièmement, je souhaite participer parce que je suis créatif. J’ai d’ailleurs inventé le Rumikscube. Malheureusement, il avait déjà été inventé par son inventeur, Monsieur Rumikscube. Ce que j’ignorais bien évidemment. Mais c’est toujours pareil avec l’histoire : on retient le nom de ceux qui ont inventé des trucs mais jamais celui de ceux qui ont inventé ces trucs avant mais qui ne l’ont pas dit. L’histoire maltraite les modestes.

Mais comme je te le disais, je suis un créatif. J’suis un peu le Tom Selleck  de la survie moi. Je dis pas ça pour la toison babinière mais plus pour le charisme d’aventurier. Tu m’files un tournevis playschool,  j’te fais le Titanic en bambou.

J’ai donc du Charisme. Ce n’est pas moi qui le dit ce sont les autres. Si tu veux, quand je parle, on m’écoute. Et puisque j’ai toute ton attention, je propose une variante à ton jeu qui serait le nudisme. Cela dit, afin de ne pas heurter la sensibilité des plus jeunes, je suis prêt à me nouer le foulard autour du pénis. Tu vois comme je peux être diplomate et transigeant. Mais surtout créatif. Et je pense qu’être créatif, c’est bien. Voilà.

III – Tu me demandes en quoi Koh Lanta va changer ma vie ?

Changer ma vie ? Ça va les chevilles Denis ? Elles ont dû prendre un peu trop le soleil… Faudrait peut-être voir à remonter en Europe là. Ok Koh Lanta c’est cool. Mais ça reste un jeu. Et la dernière fois que j’ai fait un Monopoly on peut pas vraiment dire que ça a changé ma vie. Je sais toujours pas ce qu’est une hypothèque d’ailleurs. Et a priori, c’est pas d’apprendre à pêcher le bulot en moule-bite qui va me faire rentrer au panthéon.

Non sérieux mon petit Denis, on voit bien que ça fait longtemps que t’as pas descendu les poubelles toi.  Le boulard du type quoi. Parle de toi à la troisième personne tant que t’y es.

A la limite je veux bien aborder avec toi le sujet de l’isolement. Pour sûr que me faire chier 40 jours durant à dépoiler des noix de coco va changer quelque peu mon quotidien, je peux te l’accorder.

Après, comme la plupart des génies en ce bas monde, je suis assez esseulé. J’entends par là que je suis incompris. Enfin que je n’ai ni famille, ni ami. Donc c’est pas vraiment l’isolement qui me taraude. C’est plus ma copine qui compte bien me voir chialer d’amour avec le filet de bave de concombre de mer séché au coin de la bouche. Faut dire que c’est rude. 15 jours de séparation, ça te foutrait en l’air le couple le plus soudé…

IV – Tu me demandes pourquoi vous devriez me choisir moi plutôt qu’un autre ?

         Là j’avoue que c’est une colle. J’suis plutôt modeste moi et j’aime pas trop me mettre en avant. Alors autant te le dire toute de suite : vaut mieux prendre un autre type.

         Parce que j’suis pas du genre à prendre la place des autres. Je peux même dire que Tristan déteste se mettre à la place des autres.  Tout au plus va-t-il analyser – souvent avec brio – la situation. Pour être au-dessus de la masse, comme aime à le rappeler son entourage souvent admiratif, toujours envieux. Mais il s’accommode parfaitement de la jalousie qu’il peut provoquer, surtout chez les hommes, qui supportent mal son aura naturelle qui fait de lui un homme accompli, un gendre idéal, mais surtout un amant digne de ce nom. Il est de ceux dont les femmes disent qu’elles n’ont jamais connu ça avant lui… En d’autres termes, il est humble mais pas modeste. Certainement que si tu étais une femme tu n’aurais d’ailleurs par le culot de lui demander de postuler et tu lui ouvrirais bien grandes les portes de ton palais télévisuel.

Je m’égare. Mais il me semble que j’ai quand même ouvert une brèche. Si tu ne me sélectionnes pas mon petit Denis, je suis capable de de faire une connerie. C’est sérieux ce que je dis… J’pourrais p’t’être bien me mettre à regarder plus belle la vie ou pire encore postuler pour l’amour est dans le pré (à mes heures perdues il m’arrive de chafouiner dans le foin avec quelque bovidé égaré). Alors réfléchis bien avant de me dire non mon petit Denis. Et pose-toi cette simple question : pourquoi est-ce qu’on ne le prendrait pas lui ?

         Bon. Et bien je crois que je t’ai fourni un certain nombre de raisons qui te permettront de prendre ta décision.

         Ah oui. J’ai oublié de te dire mon livre de chevet c’est « vendredi ou les limbes du pacifique » alors si ça c’est pas un signe… Bon après comme tout livre de chevet, j’ai lu les trois premières pages et depuis il prend la poussière. Mais quand même …

                           Bien à toi,

                          Tristan Mausurga

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s