Lettre ouverte à Madame Nadine Grelet-Certenais

Lettre ouverte à Madame Nadine Grelet-Certenais,

Sénatrice de la Sarthe (Pays de la Loire)

Madame la Sénatrice,

      Je m’appelle Tristan. J’ai 30 ans. Si je vous écris aujourd’hui, c’est pour vous dire que vous n’êtes pas seule. Je suis là. Et bien que je sois aussi inconnu que le soldat, je vous apporte mon entier soutien dans cette délicate affaire de starification de la cigarette par le cinéma français. Comme vous, j’aime à penser que je suis un penseur. Ce qui m’a amené à penser que la cigarette c’est mal. Ça jaunit les chicots, ça noircit l’épiderme et ça fait sentir mauvais de la bouche. Sans parler des maladies que cela provoque ! Voilà pourquoi je vous soutiens et vous encourage à encourager le cinéma français à ne pas encourager la cigarette. (J’aime bien ce mot encourager, il est joli.)

      Je suis donc de toute bronche avec vous. Mais je pense qu’il faut aller plus loin Madame la Sénatrice. En effet, quitte à prendre des solutions fermes sur la cigarette autant y mettre le paquet. Aussi, j’ai pensé à vous soumettre quelques propositions pour sauver le monde que vous trouverez ci-dessous brièvement relatées.

       1°) Interdiction des tartines grillées

     Je propose d’interdire les tartines brulées dans le cinéma. Car rendez-vous compte qu’on ne décompte pas moins de 7.242 films français dans lesquels les comédiens mangent au moins une fois une tartine brulée au 3ème degré. Parfois, même la croute serait atteinte. Or, il est évident que tant qu’on verra des comédiens boulotter des tartines carbonisées, on ne solutionnera pas le problème du cancer en France. Et tout ça pour quoi ? Pour qui ? Pour les lobbies des grille-pains qui continuent de nous faire croire que le pain, une fois grillé, est meilleur. Ce pourquoi il est urgent d’agir en interdisant les tartines grillées sur les plateaux.

      2°) Interdiction des séquences ensoleillées

       Je propose d’interdire le soleil dans le cinéma. Qui est beaucoup trop représenté dans de nombreux films. Parfois, on le retrouve même dans les titres. Alors que d’après une étude récente, le fait d’apercevoir le soleil à l’écran inciterait les jeunes à s’exposer sans écran solaire. Parfois même sans tricot. Et la faute à qui ? Je vous le demande Madame la sénatrice ? La faute à Jacques Deray. Et à son film, « La Piscine », ou pas une fois, je dis bien pas une fois, on ne voit Alain Delon se mettre de la crème solaire alors qu’il passe le plus clair de son temps exposé aux rayons UV. Et tout ça, bien sûr, pour le plus grand plaisir des lobbies pharmaceutiques qui continuent de nous faire croire que tant qu’on sera vacciné contre la grippe le mélanome ne nous attrapera point.

      3°) Interdiction des gros

      Je propose d’interdire tous les gros dans le cinéma. Une étude récente a montré que voir des gros inciterait les jeunes à faire l’apologie de l’embonpoint. Or, il n’y a pas pire que cette banalisation de l’obésité à l’écran, qui pousse nos jeunes à se boucher les artères en les bourrant de Big mac. On fait face là à l’un des problèmes de santé publique majeur des années à venir et personne ne semble s’offusquer. Comme si les lobbies des gros avait pris le pouvoir et continuait de nous faire croire que le Macdonald est bon pour la santé.

      4°) Interdiction des prises électriques

     J’ai récemment constaté qu’il y a beaucoup de prises électriques dans les films. Très souvent même. Pas forcément en premier plan, bien sûr, mais c’est un fait : les films français sont bourrés de prises électriques. Or, une étude récente a démontré que les prises électriques inciteraient les enfants à s’électrocuter avec leurs doigts. Aussi, afin d’en finir définitivement avec les problèmes d’électrocution je propose d’installer au dessus de chacune des prises électriques qui pourrait se retrouver à l’écran une pancarte sur laquelle il serait inscrit : « ATTENTION A NE PAS METTRE LES DOIGTS DEDANS ». Alors, peut-être bien que certains producteurs risquent de se méprendre et de ne pas savoir si on parle là de l’actrice ou de la prise, mais s’agissant de vous Madame la Sénatrice, ne vous méprenez pas : loin de moi l’idée de starifier les prises électriques au détriment des comédiens. Mais je pense que les enfants, s’ils sont capables de discernement sexuel comme l’a récemment admirablement confirmé notre système judiciaire, ne sont en revanche pas forcément informés des méfaits des prises électriques. Et l’on constate que beaucoup d’électrocutions d’enfants sont à déplorer aujourd’hui encore. La faute à qui ? Je vous le demande Madame la Sénatrice. La faute au cinéma français bien évidemment. D’ailleurs, si cette mesure avait été appliquée plus tôt certainement que Claude François nous gratifierait encore de ses chansons aussi engageantes qu’engagées.

      Madame Grelet-Certenais, cette liste ci-dessus dressée ne doit pas rester exhaustive. D’autres pistes sont à analyser, comme celle de faire manger aux comédiens au moins 5 fruits et légumes dans chaque film ou celle d’interdire les gros mots dans tous les arts et spécialement dans le RAP. (C’est fou le nombre de gros mots qu’utilisent les rappeurs.) On pourrait également prévoir que chaque course poursuite se trouve entrecoupée par une séquence avec un feu rouge ou le poursuivant s’arrêterait au feu pour encourager les jeunes à faire de même.

      Mais nous ne devons pas nous arrêter là, Madame la Sénatrice. Notre action doit s’étendre bien au delà du monde des arts pour s’appliquer à l’ensemble de notre société.
Au revoir l’Etat providence, bonjour l’Etat sur-guidance !

      Aussi, pour le bien de tous, j’ai une proposition sociétale phare :

   Durant la période hivernale et sur tout le territoire français, il serait opportun d’interdire au gens de sortir dehors. Voir la fumée sortir de notre bouche quand on expire en hiver serait une publicité détournée de la nature pour nous inciter à fumer. Si même la nature nous pousse à fumer, ou allons-nous Madame la Sénatrice, je vous le demande ? Pour aller plus loin et dans un second temps, cette mesure pourrait être étendue à l’ensemble des cheminées sur le territoire français qui produisent tout de même beaucoup de fumée reconnaissons-le.

      Voilà quelques propositions que je vous serai gré d’étudier avec le plus grand sérieux. Même si je ne doute pas qu’avec des telles propositions, vous risquez de vous exposer médiatiquement aux quolibets. Mais j’ai cru comprendre que vous étiez hermétique aux quolibets. C’est pourquoi, je vous invite à résister coûte que coûte Madame la Sénatrice. La vie de tous dépend de votre engagement. Et n’ayez cure des sinécures. De votre force de travail dépend l’avenir du pays tout entier. Je vous exhorte à être forte, car il est évident que chaque jeune français reproduit à l’identique ce qu’il voit à la télévision. J’ai moi même quelque confusion quant à ma sexualité chaque fois que je passe devant une tente depuis que j’ai vu « Le secret de Brokeback Montain ». Tandis que regarder « irréversible » me donne des envies bizarres. Il faut que tout cela cesse. Que l’on dise enfin que NON tout le monde ne sait pas qu’il n’est pas bon de mélanger le coca et les Menthos. Et que OUI nous avons besoin d’être protégés par vous et contre nous, Madame la Sénatrice.

      Car il est évident que la politique de l’autruche qui consisterait à nier l’existence d’un fait de société dans les arts ne s’apparenterait en aucun cas à un phénomène de propagande inversée.

Bien à vous,

                            Tristan MAUSURGA

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s